BATAILLES

Publié le par sebaff

batailles.jpg

Batailles est mon second film en image par image après La pâte qui voulait vivre.

 

Après La pâte qui voulait vivre, je me suis fait cette réflexion très basique : « J'ai fait un film de 6 images par seconde, montons de niveau et faisons un film de 8 images par seconde (1) ! »

 

Voulant faire quelque chose de différent de La pâte qui voulait vivre, je décidai de faire un clip. Un clip, oui, mais un clip qui raconte une histoire. La plupart des clips que je voyais à la télévision étaient certes d'une vraie beauté visuelle, mais n'étaient qu'un enchainement de plans sans fil conducteur fort, sans intrigue qui incite le spectateur à rester jusqu'au bout. Je ne voulais pas faire ça.

Je cherchai donc une belle musique et une histoire à la fois adaptée à cette musique, uniquement visuelle, et, refusant une fois de plus d'utiliser du temps à fabriquer un décor, une histoire pouvant se dérouler dans l'appartement familial. Je trouvai bientôt une très belle musique de Maurice Ravel - Danse générale de Daphnis et Chloé – et une histoire toute simple autour du thème : « Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. »

 

J'attaquai le tournage avec l'appareil photo de ma mère réglé sur « tout automatique », de quoi faire hurler les puristes ! Et oui, pas facile le mode manuel avec certains appareils grand public !

La particularité de ce tournage fut qu'il eu lieu en même temps que le montage. Je tournais un plan, je le plaçais sur la musique via mon logiciel de montage Final Cut Pro, puis je tournais le plan suivant, etc. De cette manière, je tournais chaque plan en sachant précisément sur quel passage musical il allait se trouver, et en le modifiant si nécessaire pour le faire coller au mieux à la musique.

 

Truc de tournage.

Les cartes et les pions tiennent sur les parois verticales grâce... à de la pâte à fixe !

Pour conclure.

Ce film, même s'il est d'une faible qualité technique, m'a pris pas mal de temps. Après l'avoir terminé, je suis vite allé faire des images en prise de vue réelle pour essayer d'oublier toutes ces cartes et tous ces pions qu'il fallait tous déplacer d'un centimètre, prendre en photo, déplacer d'un centimètre, prendre en photo, déplacer d'un centimètre... de quoi devenir fou !

 

(1) Peut-être vous demandez-vous : « 8 images secondes ? Mais pourquoi pas 9 ou 10 ? » Bonne question ! Le standard vidéo que j'utilise est le PAL, qui est un standard vidéo de 25 images par seconde. Considérons pour notre démonstration que cela équivaut à 24 images par seconde. Si je demande au logiciel que mes photos durent 4 images, j'en aurais 6 par seconde (4x6 = 24). Si je demande au logiciel que mes photos durent 3 images, j'en aurais 8 par seconde (3x8 = 24). Si mes photos durent 2 images, j'en aurais 12 par secondes (2x12 = 24). Et si mes photos durent 1 image ?

 

Commenter cet article

Annou 26/04/2011 20:14


Tout simplement excellent!


ThomasGB 15/04/2011 23:51


Ouf ! là y a du boulot...


Yume 15/04/2011 22:26


J'ai appuyé sur "Publier ce commentaire" trop vite.
Sinon ... Bon. J'emploie rarement le mot "génial" parce que si tout était génial, ben y aurait plus rien de génial. Enfin, en ce moment, le mot "génial" est attribué trop souvent. Bref.
Mais là, même si j'essaie de me dire "Non mais c'est surtout un travail extrêmement chiant, mais beaucoup peuvent le faire" mais ... mais ... Y a vraiment des idées de génie là-dedans, je trouve ca
mais ... Trooop mortel tous ces mouvements ...


Yume 15/04/2011 22:21


24.

Le début ressemble à "Piece of paper", de Raph. Enfin, c'est "Piece of paper" qui ressemble a ta vidéo, plutôt. Et puis toi, c'est plus galère, parce qu'il y a plusieurs cartes, et que l'écart
entre elles change pas. Mooon Dieu, le travail de fou...