LE LOUP ET L'ENFANT

Publié le par SEB apprend à faire des films

le-loup-et-l-enfant.jpg
Le loup et l'enfant est un dessin animé en ombre chinoise que j'ai fait juste après Le dilemme de la cueillette des fraises sauvages.

 

Peu après avoir dévoré l'excellent livre Technique d'animation de Richard Williams, j'ai décidé d'essayer d'en appliquer quelques principes de base.

 

Une fois de plus, réaliser un conte me semblait judicieux car facile. En effet, il permet l'utilisation d'une voix-off du début à la fin. Avec une voix-off, pas besoin de faire des plans très explicites ou des dialogues avec de la synchronisation de bouches. Les images se contentent d'illustrer les propos de la voix-off.

Toujours dans l'idée de faire des plans les plus simples possible, je me suis dit qu'il serait aussi judicieux de faire un film dans la veine de la série Princes et Princesses de Michel Ocelot. C'est à dire un film en ombre chinoise. En effet, dessiner des silhouettes est beaucoup plus simple que de dessiner des personnages dans leur intégralité. Et cela ne m'empêchait nullement d'appliquer les principes expliqués par Richard Williams.

 

Il y a cependant un conseil de Richard Williams que je n'ai pas réussi à suivre. Un conseil auquel il donne pourtant beaucoup d'importance en le plaçant au début de son livre sous l'intitulé « Leçon numéro 1 ».

Richard Williams explique que pour devenir un bon animateur, il faut que son cerveau soit entièrement dévoué à l'animation que l'on est en train de réaliser, et donc qu'il ne faut pas dessiner en écoutant de musique. J'ai essayé, et j'en suis arrivé à la conclusion que faire des animations sans écouter de musique, c'est… TROP – CHIANT !

Mon incapacité à appliquer cette leçon numéro 1 est peut-être la raison pour laquelle je resterai un animateur débutant tout pourri !

Je crois cependant savoir que Bill Plympton travaille en musique. Si ma mémoire est bonne, il l'a dit lors d'une interview, c'est dire la fiabilité de ma source ! Donc si vous voulez devenir animateur et que vous ne vous imaginez pas travailler sans musique, dites-vous que tout espoir n'est pas perdu !

 

Concernant l'histoire, je me suis amusé à mélanger différents contes que me lisait ma mère quand j'étais petit. A savoir Le petit chaperon rouge (avec la petite fille dans la forêt), La chèvre de monsieur Seguin (lorsque le loup est enfermé dans l'enclos et dit aspirer à la liberté), Hansel et Gretel (avec la sorcière de la fin).

 

Une fois de plus, j'ai demandé à ma mère de faire la voix-off. Lorsque j'étais petit, nous n'avions pas la télévision. Aussi, tous les soirs, sur le fauteuil de la salle à manger, mon frère et moi nous placions chacun d'un côté de maman qui nous lisait une histoire. Utiliser sa voix me permettait de revivre en partie l'expérience.

Pour conclure.

En terme de beauté, ce que j'ai fait ici n'arrive pas à la cheville de ce que fait Michel Ocelot. Lui est un perfectionniste qui refait chaque plan tant qu'il n'en est pas complètement satisfait. Moi c'est tout l'inverse, je fais le film le plus rapidement possible pour pouvoir passer à autre chose – celui-là m'a malgré tout pris une dizaine de jours.

Deux remarques m'ont été faites, qui montrent qu'au visionnage d'un film, le regard de chacun est attiré par des points différents.

Un ami naturaliste - Mathieu Sannier que l'on voit dans les Randos dans le Vercors – m'a dit qu'il regrettait que le film donne une mauvaise image du loup.

Un cousin très attaché au sort des personnes âgées s'est mis à disserter sur les mauvais traitements réservés aux vieilles femmes dans les temps anciens. Et ce petit film ne rend certes pas justice à ces pauvresses parfois abandonnées au fond de la forêt.

 

Commenter cet article

Annou 26/04/2011 19:42


Je suis d'accord avec Lilluby, les dessins ressemblent à ceux de Kirikou! C'est très agréable à regarder! :)


Lilluby 15/04/2011 22:40


Encore un chef d'oeuvre. Graphiquement j'aime moins que la grenouille qui aimait les hérissons mais ça fait un peu penser à Kirikou avec la sorcière...


Yume 15/04/2011 15:01


Oho, on a les mêmes références niveau contes enfants. Sauf le Chaperon Rouge, c'est trop gore quand on analyse ...

J'ai beaucoup aimé ce conte et celui de la grenouille :)