RANDO DANS LE VERCORS 2 (INTO THE SNOW)

Publié le par SEB apprend à faire des films

rando-dans-le-vercors-2.jpg

Rando dans le Vercors 2 (into the snow) est à la frontière du film de vacances et du documentaire de découverte.

 

Avec Mathieu Sannier – mon pote guide naturaliste – nous voulions réitérer l'expérience du premier Rando dans le Vercors. Mathieu a donc organisé une nouvelle itinérance. Arnaud Charlet et Goulven Kervizik se sont joints à nous. A notre plus grand désespoir, toutes les filles à qui nous avons fait signe nous ont rembarré. « Oh non ! Moi j'ai pas envie de faire caca dans la neige ! »

 

Les conditions de tournage ont été similaires à celles du premier Rando dans le Vercors, à quelques détails près.

La randonnée – donc le tournage – a duré trois jours et non quatre.

La randonnée a eu lieu en hiver et non en été. Ne pouvant utiliser le caméscope avec mes gros gants, j'ai filmé en me gelant le doigt.

J'ai pris une grosse batterie supplémentaire qui m'a permis de filmer plus longtemps.

J'ai pris six cassettes – au lieu de seulement deux la première fois – pour ne pas être à court de bande. Je n'ai donc plus eu besoin de filmer avec parcimonie.

J'ai prix un micro sur lequel j'avais installé une bonnette à poils anti-vent, et que j'ai branché à ma caméra via une prise mini-jack. Je sais, les pros crieront à l'amateurisme ! Certains plans trahissent d'ailleurs les limites de ce système anti-vent, comme par exemple le plan de fin où Arnaud dit que « Cette rando, ça crache. Les montées, ça crache. Etc. »

Bref, toujours peu de matos, mais moins d'improvisation.

Pour conclure.

Je trouve ce film plus abouti que le premier Rando dans le Vercors, même s'il reste très « amateur ».

L'expérience ayant été une nouvelle fois très plaisante, nous avons pour projet avec Mathieu de faire des suites.

Rando dans le Vercors (into the flowers), où nous irions randonner au printemps, et où Mathieu nous apprendrait plein de formidables choses sur les fleurs et leurs relations avec les insectes.

Rando dans le Vercors (vertical limit), où nous irions escalader le Mont Aiguille.

Un jour peut-être ?

 

Commenter cet article